Hymne du CSMR Nordique

mardi 18 août 2009
par  ASUL Sports Nature
popularité : 26%

Je m’voyais déjà...

Espoir, espoir, quand tu nous tiens... En cette veille d’année olympique, il faut savoir garder espoir. Il nous semble donc opportun de remettre au goût du jour l’hymne du CSM Rillieux Nordique.

Vous connaissez tous Charles Aznavour : gageons qu’il n’en voudra pas à Jean d’avoir "légèrement" détourné l’une de ses chansons... Vous reconnaîtrez-vous ?

Je m’voyais déjà

A dix-huit ans, j’ai quitté ma province
Bien décidé à tout donner au ski
Le cœur léger et le bagage mince
J’étais certain de remporter des prix

Chez le tailleur, comme une renaissance
J’ai acheté une nouvelle combi
Les stages en altitude, les farts et la licence
Ont eu raison de mes économies

Je m ’voyais déjà au bout de la piste
Seul à l’arrivée, tous mes adversaires écœurés et cuits
Je m’voyais déjà cherchant dans ma liste
Celles avec lesquelles je pourrai au soir conclure pour la nuit

J’étais le plus grand de tous les skieurs
Annulant d’un trait les Perfs de Daehlie de Svan et d’ AIsgaard
J’étais constamment sous mille projecteurs
Dev’nant un exemple. une légende, un mythe sans y prendre garde

Mes traits ont vieilli bien sûr sous mon vieux bronzage
Mais le geste est là, la technique est sûre et j’ai du ressort
Mon cœur a faibli un peu en prenant de l’âge
Mais j’ai la bonne glisse, j’maîtrise. : la tactique, j’y crois encore

Rien que sous mes pieds de sentir la neige
De voir devant moi l’aire de départ j’ai Ie cœur battant
Mais sans staff derrière, je me dis « que n’ai je 
Pas eu les moyens que je méritais au vu d’mon talent ? »

Ma vieille combi, j’lai mise à toutes les sauces
Et j’ai bouclé l’tour des courses à grille-pain,
Pour subsister je fais des courses à sauc’
J’cours des nocturnes, bientôt j’vais faire l’tapin

Des longues distances ou bien du fond spécial
J’ai Surtout vu l’vin chaud au Kiravi
Les plats de pâtes sans beurre et Ies gîtes à deux balles
Ont bien fini par me pourrir la vie

Je m ’voyais déjà au bout de la piste
Au bras d’une star, l’hiver à la neige, l’été au soleil
Je m’voyais buvant une bière de trappiste
Racontant ma vie à de jeunes juniors friands de conseils

J’ faisais calmement après mes victoires
L’analyse des courses sans paraître ému devant les télés
Et sans me troubler j’allais recevoir
Médailles et bises grâce à l’entremise d’hôtesses zélées

J’ai tout essayé pourtant pour sortir du nombre
J’ai fait du classique quand Ie skate est v’nu bien sûr j’ai appris
Si tout a raté pour moi, si je suis dans l’ombre
Ce n’est pas ma faute mais c’est la fédé qui n’a rien compris

On ne m’a jamais accordé ma chance
D’autres ont réussi avec peu d’technique et de l’EPO
Moi j’étais trop pur ou trop en avance
Mais un jour viendra à mon tour enfin j’aurai un peu d’pot

Pour la version originale, si vous avez besoin de vous remettre l’air en tête, c’est par là...