6 avril 2008, Demie-finale Sud-Ouest au Caylar

mardi 18 août 2009
par  ASUL Sports Nature
popularité : 18%

Le CSMR trop ou pas assez gourmand ? 

 

Est-ce par pure préférence pour les médailles en chocolat plutot qu’en métal ou par grande courtoisie pour respecter notre statut "d’invité hors inter-zone" ; difficile à dire mais toujours est-il que les 12 adhérents du club présents à cette demie-finale du Caylar ont collectionnés les places de 4e. 6 au total !!! 

 

2 ont tout de meme réussi à faire mieux et encore une fois la famille Basset se distingue mais avec quelques variantes puisqu’il s’agit de : Olivier Basset 3e en H45 et Juliette Basset 2e en D10 qui signe ici la meilleure perf du club !

Cette demie-finale s’annoncait vraiment belle côté terrain puisque c’était l’occasion pour beaucoup de retrouver ces terrains si caractéristiques et intéressants du Larzac.

En plus l’annonce de course évoquait une nouvelle carte. Et ce fut le cas pour une bonne partie de la carte. Seul la zone de départ/arrivée était commune à la célèbre carte du "bal des rochers". D’ailleurs le nom de la carte joua des tours à 2 "chauffeurs" du club, qui plutot que de lire les infos de course se sont rendus au village des Rives (on va dire pour excuse que ce sont des néophytes de la CO, euh pardon des habitués à etre plus malins que les autres). En tout cas pour revenir sur cette carte, la zone était tout aussi dantesque que la partie connue et le rendu du cartographe vraiment excellent. La pluie était plus ou moins annoncée mais finalement le temps était bon quoique frisquet. Et cerise sur le gateau le traceur nous avait concocté des parcours somptueux : exploitation technique du terrain parfait, pour beaucoup de catégories pas mal de longs postes à postes avec des vrais choix d’itinéraires et surtout chose assez rare en France peu évidents à "voir" sur la carte et très exigeant techniquement à suivre sur le terrain.
Vous l’aurez compris côté organisation technique on a eu le droit au parfait et la CO dans ces conditions c’est du pur régal. Les à-côtés étaient très simplistes voir minimalistes mais avant tout on vient, en tout cas j’étais venu, pour la partie technique. Et il ne faut pas oublier le contexte, les demies-finales sont des courses à faible participation, le risque financier a certainement été déjà grand sur la réalisation de la carte ; difficile, à juste titre, ensuite de mettre des moyens sur les a-côtés de la course.
Côté course, en élite nous n’étions que très peu au départ et aucun athlète de niveau international n’était présent mais le niveau y était relativement homogène sur le papier promettant une belle bagarre indirecte. Et je pense que tous nous savions au départ que le sans-faute serait très dur à tenir sur ce type de terrain, le coût des erreurs serait donc très important quant à l’issue du classement final. Je partais donc avec cette idée en tête : faire le moins de faute possible, prendre plaisir à trouver les postes, tout en limitant le coût de mes fautes. Et puis au passage si je pouvais "taper" Jo ce ne serait vraiment pas pour me déplaire. Ca commence à etre rageant, encore une fois la veille il m’avait tapé de quelques secondes (meme si j’avais perdu près d’1mn30 sur une chute en fin de course). Début de course assez bon et bien fluide pour mon niveau (ce sera d’ailleurs confirmé par les temps intermédiaires puisque j’ai notamment le 2e temps au 1er poste), je comprends bien le dessin et surtout je comprends rapidement que l’on peut vraiment faire confiance à la carte et que les erreurs seront vraiment les miennes (que l’orientation devient un jeu et agréable dans ces conditions). Mais par contre je me rends compte assez vite aussi que cette course sera vraiment dure car le tracé ne "donne" que très peu de temps de relache mentale et pourtant se profile vite le premier grand poste à poste. Mais avant je commet déjà ma première grosse faute (poste 5), pourtant je passe bien, au début, sur les éléments que je veux et je comprends mon itinéraire mais sur l’attaque du poste je veux orienter avec la zone rocheuse sur ma gauche et là je n’arrive pas à faire le rapport carte-terrain notamment pour pouvoir mettre en exergue les grosses masses rocheuses qui sautent aux yeux sur le terrain. Mon erreur est alors d’insister au lieu de me décaler sur la droite pour simplifier l’orientation. Je pense etre au poste, ça me semble correspondre mais je ne trouve pas le poste, je cherche un peu en rond et surtout j’essaye de voir si à proximité tout correspond, ce n’est pas le cas mais dur de savoir alors où je suis avec précision. Ce n’est qu’alors que je me décide à utiliser la partie droite du partiel et je comprends alors assez vite que je suis encore bien avant le poste, il me faut poursuivre sur l’avancée et je trouve mon poste mais bon voilà j’y ai déjà laché un "joker" tôt dans la course.

Reconcentration très rapide et c’est reparti, mais j’arrive au grand poste à poste je n’ai qu’en tete que par la droite ça me semble mieux, quitte à aller jusqu’à la route de limite de carte. Mais pour s’y rendre, il me faut déterminer au poste mon cheminement et celui-ci n’est pas évident entre les zones rocheuses et surtout la végétation très dense sur l’itinéraire. en cours d’itinéraire, je suis bien avec la carte mais par contre je crains etre un peu lent car je subis la densité de végétation. Enfin dans la partie un peu plus "champ", toujours dans l’idée d’aller à la route je vais chercher facilement le dernier passage de cloture. Ce sont des "mini-échelles" en bois très pratiques pour passer les clotures mais surtout je comprends très visibles et faciles à situer puisque marquées sur la carte. Du coup je change alors mon itinéraire sans hésiter maintenant c’est quasi tout droit jusqu’au poste en passant par ces passages les plus alignés. Ca marche d’enfer, et en plus pour une fois je suis nickel côté azimut donc là je me sens bien et trouve facilement mon poste. j’y retrouve Pierre du TAD. Le rythme s’accélère alors mais j’ai quand meme toujours le controle de l’orientation notamment en phase d’attaque, d’ailleurs par 2 fois on ne fait pas tout à fait le meme choix. Je croise aussi Jo et du coup j’ai le sentiment que je devrais pouvoir mettre pas trop de temps pour sortir de cette zone comme il le fait, j’ai donc certainement de l’avance (en réalité les temps démontreront que j’ai déjà très peu d’avance et en sortie de cette zone beaucoup de retard). Bonne motivation pour passer cette zone ! erreur ce sera finalement une pression qui coutera très chère. Ainsi pour aller au poste 15 là encore je comprends bien le début, je vois Pierre partir à droite mais j’ai le sentiment qu’à gauche c’est mieux donc je fais mon choix. Malheureusement je perds ensuite le contact dans les falaises et j’en ressort incapable de savoir où je suis, comme je suis sur un point haut il me faut trouver un creux, j’ai le sentiment que pour ce faire je dois rebrousser chemin, malheureusement pas de creux donc je cherche alors où je peux etre. Il se peut qu’en fait le trou soit juste de l’autre côté de ce fameux point haut. retour à ce point et de là dans la direction supposée du trou. Oui un trou ! mais je ne vois pas de poste, j’insiste quand meme car ça correspond bien, heureusement car le poste est sur le bord haut de cette dépression (et oui vous vous souvenez certainement dans la famille je ne lis pas tous les documents en notre possession j’en faisais partie, donc les defs à part le code ça ne sert pas à grand chose !).

Cette erreur me coute vraiment cher en temps mais par contre elle ne me déconcentre toujours pas trop, j’enchaine donc le poste 16 avec rigueur et sans faute, ainsi que le 17. Mais il n’en sera pas de meme pour la 18. j’ai le sentiment de bien partir et je tombe sur un poste que je pense etre le mien. Ce n’est pas le cas et malheureusement je suis alors incapable de savoir où peut se situer ce poste, je tourne en rond autour beaucoup trop longtemps avant de me décider à aller me recaler à la route. Meme sur la route j’ai du mal à me situer, et une fois le cas je vois un coureur élite parti longtemps après moi aller au poste. Dur pour le moral, je suis conscient que ces 2 dernieres erreurs me sont fatales notamment vis à vis de Jo et puis ces "temps inutiles" commencent à avoir un impact sur le physique, la fin de course sera dure. Cependant à la prise de carte je cerne tout de suite la 19 puisque dans la zone de mon erreur à la 15. Je suis donc assez fluide sur ce poste et ça me rassure, ça me permet également de revenir sur le coureur qui venait de me doubler. Par contre je n’ai pas préparé le long itinéraire du 20 mais un rapide coup d’oeil me fait penser que les passages de barrières seront encore une fois le bon guide à suivre, donc c’est quasi tout droit. Et je comprends vite que c’est aussi le choix de mon "adversaire" donc ce sera un peu suivi sur ce poste avec simple controle de la direction. Recette efficace puisque malgré les sensations physiques en baisse nous signons sur ce partiel les 1er et 2e temps. Mais ça va quand meme bien vite pour moi et je lache un peu à l’arrivée du poste 20 pour reprendre une lecture sûre de la carte. Mal m’en a pris puisque je fais une grosse erreur (pour ce type de poste) sur le poste 21. je suis sur le rocher légérement à gauche et avant le poste mais persuadé d’etre au poste, j’en pars après en avoir fait le tour mais dans n’importe quelle direction. Ensuite le 22 le physique est vraiment en berne et avec toutes ces erreurs je cherche trop à assurer et me décale donc trop. pas d’erreur certes mais itinéraire bien trop long pour etre "efficace". 23, 24 OK en lecture de carte je prépare le dernier grand partiel sur le chemin du 24. 25 aussi ça se passe bien mais je sens que je suis obligé d’etre encore plus vigilant sur ma lecture de carte et je perds donc certainement en fluidité. La 26 passe aussi meme si je me fais doubler et déposer par Micka. Mais la 27 là ce manque de fluidité se fait vraiment sentir, j’ai du mal avec la lecture de la végétation et je suis donc obligé de fortement ralentir plusieurs fois sur l’itinéraire. Pas de faute mais encore une fois bien trop lent c’est rhédibitoire en élite.

Pour le poste 28 je me dis que l’itinéraire 6-7 avait bien fonctionné et je le connais donc je reprends cet itinéraire dans l’autre sens. Cette fois j’ai plus de mal à trouver les passages courants dans les zones de végétation dense mais je trouve le champ clot facilement. Par contre à partir de là c’est la berezina, je trouve moins facilement la traçouille et la quitte sans vraiment savoir quand et où. Terrible pour attaquer un poste sur ce terrain. je trouve un rentrant mais pas de poste ça aurait été trop beau (trop proche de la chance meme). Et comme pour la 5 je n’arrive pas à me recaler avec les rochers envirronnants. j’avance un peu à l’aveugle et bien sûr sans succès puis je décide de sortir de cette zone. j’ai le sentiment alors de comprendre la carte mais je ne suis pas pour autant sûr à 100%. je tente quand meme le coup. Et je repars dans la zone, trouve un rentrant mais pas de poste ! là je commence à m’énerver, il me faut ressortir à nouveau de cette zone et trouver d’autres points sûrs. Et en repartant je trouve le poste ! j’étais bien au bon rentrant mais un poil trop haut et avec la végétation je ne voyais rien. En tout cas soit le poste est un peu bas dans le rentrant soit sur la carte le rentrant s’arrete trop tôt. Mais bon en course je ne me pose pas trop de question mon souhait est de rentrer au plus vite les derniers postes posant bien moins de probleme, physiquement et mentalement elle aura été un peu trop longue pour moi mais globalement que de plaisir pris à avoir trouvé les postes sur ce terrain, compris régulièrement la carte et relever ce challenge qu’était cette course.

Bien sûr avec toutes mes fautes mon classement n’est pas bon. Quant à Jo lui a été bien plus régulier, ce qui lui permet de s’offrir une belle 4e place en élite.

 

résultats détaillés et photos sur le site des organisateurs : www.sportnat.com/llrco/index.html

NDLR : photos issues du site organisateur.


Portfolio

JPEG - 47.9 ko JPEG - 50.7 ko JPEG - 36.7 ko JPEG - 32.8 ko

Commentaires  forum ferme

Brèves

15 décembre 2016 - Rand’O Givrée : le 5 février 2017

Venez participer à la Rand’O Givrée au Parc de Miribel-Jonage le dimanche 5 février 2017. Une (...)