Rajalta rajalle 2011 / Etapes 5 et 6

samedi 19 mars 2011
par  ASUL Sports Nature
popularité : 16%

 
5éme étape Ranua Hosio

Ce matin toujours grand beau et -10 au thermomètre, particularité du départ, photo générale du groupe avant le départ, du coup après la photo 100 guguss dans une trace c’est « folclo » heureusement sur le lac les traces de scooter sont nombreuses et bien gelées, je laisse tomber la trace et avec la glisse que j’ai plein pot, je double à tour de bras pour se retrouver rapidement devant avec Emmanuel et c’est reparti pour la journée, le premier ravito est à 19 km avec encore un petit coin sympa (voir photo) tandis que côté piste c’est toujours aussi plat et presque désespérant surtout la traversée des grands lac et des grandes prairies interminables au bout de 3h nous rejoignons le second ravitaillement au kilomètre 33, ici la particularité de l’étape du jour c’est que nous revenons dormir dans cette petite école de Ruona et justement au moment de notre passage ils sont entrain de décharger nos bagages des cars, je profite de l’occasion pour déchausser, prendre mes bagages et aller choisir mon lit en premier( il faut dire que c’est le jeune Finlandais qui m’avait refilé le tuyau) ensuite gros casse croûte, pas de ravito avant l’arrivée prévue au kilomètre 47, je repars avec Emmanuel 1 petit kilomètre avant de tomber sur une route complètement défoncé par les grosses grues de débardage qu’ils utilisent ici et ça dure 4 km, en plus le vent souffle de face et j’ai beaucoup de mal à suivre d’autant que j’ai vraiment du mal à calquer mon pas d’alternatif sur le sien, lui à chaque fois qu’il allonge il accélère son rythme alors que moi lorsque j’allonge je diminue le mien, donc je me fais larguer régulièrement et je n’arrive à recoller seulement en pas de un grâce à une meilleure glisse que lui, ça devient même difficile cette fin d’étape avec ce vent, il nous faudra d’ailleurs 1h30 pour faire les 14 derniers kilomètre avant d’arrivée dans l’école agricole de Hosio, là en fait une moitié couche ici et l’autre à Ruona, donc pour nous il faut attendre le bus.
Rapidement je me décide à repartir en ski faire les 14 même kilomètre à l’envers malheureusement seul puisque Emmanuel se refuse à repartir avec moi, bien sur avant de repartir je me gave de boisson chaude, de chocolat plus 2 gels, au final je ne regretterais sûrement pas mon choix, avec le vent dans le dos c’est un vrai régal, tout semble plus facile et je mettrais 1h 10 au retour et ce malgré tous mes arrêts à chaque fois que je rencontre mes partenaires, notamment vers le « Bob » que je croise après 10 km (voir photo).
Ce soir la bouffe 18h comme d’habitude, c’est un peu cantine mais je trouve le ragoût aux pommes de terre à l’eau excellent, par contre en dessert le flan aux oeufs a plutôt un goût de fromage surprenant mais mélangé à la confiture de baies lapones c’est très bon, mais c’est surtout au second repas après 20h que je me régale saumon cru je me fait péter le ventre tellement il est bon et je vais
me coucher bien lourd, bon pas d’inquiétude ce soir après le sauna j’ai trouvé une balance et verdict 73 Kg depuis St Jacques je n’étais pas redescendu si bas, finalement heureusement que je ne me suis pas inscrit à la nationale de CO à Fontainebleau sinon je les aurais tous enrhumé ces vieux.  

étape du jour pour moi 61km en 5h40


6ème étape

Après une bonne nuit en dortoir (voir photo) de nouveau grand beau ce matin et -8 au thermomètre, nous montons dans le bus à 7h 30 pour rejoindre les autres à Hosio point d’arrivée d’hier, départ prévu à 8h00 mais une fois arrivée au départ il n’y a plus personne l’autre groupe à déjà levé le camp.
Aujourd’hui je commence à ressentir un peu des douleurs de partout mais à peine parcouru 500 m que je me rends compte que j’ai une super glisse, donc je pousse, je pousse, le roi de la poussée simultanée, en plus durant toute la journée nous aurons droit juste à un petit single trac en foret (voir photo).
En parlant de glisse c’est l’occasion de parler fartage, depuis le départ je scrute un peu leur technique de fartage et leur matériel, côté fart les finlandais n’utilisent que 2 marques de farts, Start et Vauthi en accroche et en glisse, pour l’accroche j’ai été un peu surpris tous les soirs ils nettoient leurs semelles au défartex, remettent un petit coup de papier de verre, ensuite une bonne couche de Grunn à chaud, plus une bonne couche de violet pour la plupart et à chaud encore, compte tenu de la moyenne d’âge rien d’étonnant à ce qu’ils fartent plus chaud, pour la glisse ils tournent surtout au Start, sinon j’ai vu que l’un d’entre eux avait fabriqué un petit gabarit papier pour protéger sa chambre à fart des projections de paraffine lorsqu’il grattait, une bonne idée facile à réaliser.
Si cette trace unique dans la foret est bien agréable avec le chant des oiseaux qui nous accompagnent parfois, le tracé est assez tourmenté et surtout très bosselé ce qui parfois entraîne des déséquilibres, finalement techniquement c’est pas si simple que ça a maîtriser, raison de plus pour utiliser la poussée simultanée, et d’ailleurs avant de parvenir au premier ravitaillement je rattrape un Finlandais qu’entre nous 6 n’avons encore jamais vu faire autre chose que de la poussée, je reste avec lui 2/ 3 km, il pousse toujours à une bonne allure, je me décide enfin à le doubler mais ce guignol accélère pour m’empêcher de le doubler, je me replace derrière avant de remettre ça, mais nouvelle accélération, je ne comprends pas son attitude, je remets le couvert mais cette fois en jouant un peu des épaules, il est en nage le bougre, il s’est mis minable pour m’empêcher de le doubler, du coup une fois passé je le pose sur place, premier ravito à Tainijoki bien venu après 23 km en 1h50 le prochain à Arppeentie 17 km plus loin ( pour parfaire votre culture Finnoise je vous donnerais les noms des sites traversés).
Finalement depuis mon départ je skie seul et j’apprécie bien, à la sortie du second ravito la piste est encore plus tortueuse à travers les pins, mais soudain je croise 3 jeunes « Bad boys » en scooter qui ont littéralement défoncé la trace, un vrai chantier, un truc de fou à chaque foulée des déséquilibres, la grosse galère quoi, je pense à mes collègues derrière ils vont en chier, heureusement ça ce termine au ravito de Alaniementie où je me gave de cornichon mélangé avec les raisins de corynthe arrosé de 3 verres de Bluebar.
Dans la journée j’avais doublé une finlandaise d’une cinquantaine d’années qui skie admirablement bien, elle skiait alors avec son mari et là surprise je la vois arriver, déjà hier en fin de journée elle nous avait rattraper, et là elle s’arrête à peine et renquille la piste pour les 10 derniers kilomètres, je ne peux faire moins que de suivre pour une partie de manivelle de folie, là ni elle ni moi on est en rando, elle devant, moi aux fesses et même plus loin dès que je passe en alternatif, à chaque fois je me fais poser, seule solution pour revenir pousser comme un bûcheron en pas de 1 et finalement j’arriverais au terme de l’étape quand même dé cramponné, impressionnant cette facilité à skier en alternatif dans ces traces, au fait le village d’accueil s’appelle Seurakuntakeskus.
Ce soir l’hébergement est un peu rustique 1 WC pour tous et la porte ne ferme pas, pas de douche mais un sauna à chaudière, jamais vu un truc pareil, ça brûle les cheveux, je ne m’eternise pas, coté repas un ragoût de pomme de terre et les traditionnels crudités, un dessert au citron vraiment bizarre , heureusement il y a la bière.
Je suis un peu inquiet la balade commence quand même à laisser des traces ? j’ai le dessus de la main gauche enflée et toute la cheville, bizarre, bon sur les conseils de mon rabouteux local, Bob le bien nommé je me fait un cataplasme de glace pour résorber le problème ensuite un petit coup de fartage pour la dernière étape et au lit, il est 19h 30, pas d’internet ce soir, je gagne 2 heures.

Étape du jour 60 km en 5h20 pour moi 140 m de D+ et 170m de D- 140m point haut, point bas 50 m

Portfolio

JPEG - 190.6 ko JPEG - 145.3 ko JPEG - 187.6 ko JPEG - 176.9 ko JPEG - 131.5 ko